Jump to content

This is TruthLoveEnergy: A Michael Teachings Collaborative Community - We are a collaborative community of studying, sharing, and archiving of The Michael Teachings as channeled through Troy Tolley since 1988.   BASIC INTRODUCTION

 

There are many SERVICES available - Order an Essence & Personality Profile, join a private Personal Open Floor chat with Michael, find out your 9 Pillars, discuss Past Lives, ask about relationships, and schedule time to discuss anything and everything with Michael through Troy.    SCHEDULE A SESSION

Do You Need SUPPORT? - Community Support and Official Support are available for members! Support Tickets receive responses as fast as we can, so please be patient. We are a very small team! Community Support is dependent upon member responses.   SUPPORT TICKETS COMMUNITY SUPPORT

Check out our ever-evolving LIBRARY? - Explore our archiving of decades worth of material channeled through Troy from Michael. This Library is a collaborative effort and shows the power of community.  STUDY LIBRARY

Learn More About Your HOST & CHANNELING - Learn more about Troy through his blog and feel free to ask him about anything related to his work as a channel! You will receive a response ASAP.   30 THINGS ABOUT TROY ASK THE CHANNEL TROY PLAYS GAMES

Recommended Posts

Transformer les Traits Directeurs

Traduction d’une causerie avec l’Entité Michael (EM) le 25 mai 2014

(avec ajout entre le 3 mai 2019 et le 5 juillet 2019 des Traits Directeurs manquants)

Canal : Troy Tolley

 

Source : https://our.truthloveenergy.com/topic/2600-teamtle-transforming-chief-features-updated/?tab=comments#comment-21296. Le texte qui suit a aussi été adapté du manuscrit anglais « The Book of the Books », 2018.

 

Note de l’équipe de TLE :
Dans le cadre du projet TLE Books, l’équipe a convenu que cette séance devait être complétée et fournir le contenu de tous les Traits Directeurs. Le 3 mai 2019, nous avons lancé le projet de faire exactement cela. Le 5 juillet 2019, nous avons reçu les angles de comportement du dernier des sept Traits Directeurs. 

 

Cette transcription contient le matériel original reproduit de la séance du 25 mai 2014, et du matériel supplémentaire sur les Traits Directeurs qui n’étaient pas dans le contenu de la séance originale. 

 

Des modifications ont été effectuées pour faciliter les transitions. Essentiellement, cette version de la transcription est la version de travail du contenu destiné à être publié. 

 

 

Entité Michael (EM) :
Bonjour à chacun de vous. Nous sommes ici, maintenant. Nous pouvons commencer.

 

Nous avons déjà beaucoup dit au sujet des Traits Négatifs Directeurs, et, bien sûr, encore plus peut être dit ; donc ce que nous offrirons aujourd’hui n’est pas définitif, mais simplement davantage [d’information] à prendre en compte dans votre travail de comprendre et d’accepter vos peurs, les transformant pour que loin d’être des obstacles et de la paralysie, elles soient informatives et utiles.

 

La peur n’a jamais été « destinée » à être un défi ou quelque chose pour saper la vie d’un Fragment, mais comme tout ce qui existe, c’est un outil qui peut devenir soit une ressource essentielle vers l’Agape ou soit une halte restrictive loin de tout.

 

Les peurs, ou les Traits Négatifs Directeurs, sont intrinsèquement « négatifs », car ils décrivent le fossé entre « vous » et « l’autre » ou « quelque chose d’autre ». Tout ce qui est intrinsèquement diviseur est « négatif » dans notre enseignement, mais cela ne signifie pas qu’il est intrinsèquement « mauvais ».

 

La peur est inhérente à la Personnalité parce que la Personnalité est intrinsèquement séparée de toutes les autres choses et personnes, et même de l’Essence, de bien des façons.

 

Dès la naissance, la première et la plus primitive peur, naît avec vous : la peur du non-attachement.

 

Cette peur est biologique. C’est ce qui « vous » maintient en vie. C’est ce qui s’accroche à la mère, à la personne qui en prend soin, ce qui maintient le bambin près du camp, de la tribu et attaché à ses ressources. C’est ce qui pousse le corps à rechercher des aliments, de l’eau, des outils, etc. : tout ce qui est nécessaire à la survie.

Donc, la peur est plutôt « bonne » à cet égard.

 

Toute menace à l’attachement du moi biologique à ses ressources, est mise en évidence et évitée, soit par la lutte, soit par la fuite.

 

Gardez cela à l’esprit lorsque vous explorez vos propres Traits Directeurs, car au cœur des peurs de chacun, c’est cette lutte avec le non-attachement qui est cruciale. Nous développerons davantage sur cette considération au fur et à mesure de notre exploration du sujet, si le temps le permet.

 

Pour aujourd’hui, nous comprenons que l’intérêt porte sur les différentes façons dont on peut consciemment faire des choix de comportement afin d’atténuer les effets d’une peur particulière, ou d’un Trait Directeur.

L’intérêt de transformer votre relation à la peur c’est que lorsque la peur est informative, elle est simplement un moyen d’améliorer votre capacité à choisir. Ce n’est pas très différent d’un système d’alarme intégré à un véhicule qui vous avertit lorsque vous vous trouvez à deux doigts d’une collision.

 

Il ne serait pas logique d’argumenter que les systèmes d’alarme doivent être supprimés des véhicules parce que la simple présence de ces alarmes implique que quelque chose ne va pas, est défectueux ou mauvais. Ce système d’alarme est un avantage qui augmente la capacité de choisir, d’avoir une meilleure navigation, et de réussir dans sa direction et ses efforts.

 

Cependant, lorsque les Traits Directeurs deviennent une source de problème, c’est parce que le « système d’alarme » se déclenche au hasard, se déclenche sans pertinence, se déclenche constamment, etc. Il n’est plus associé à une menace réelle ou à de l’information.

 

Imaginez la différence entre apprécier une promenade à travers les bois, observant les oiseaux et les créatures, profitant de la lumière du soleil, des murmures du ruisseau, et de vos pensées, puis remarquant un ours au loin dont vous vous éloignez ensuite d’une manière intelligente, comparativement à une promenade dans les bois où vous présumez que chaque brindille qui craque et chaque ombre est un ours.

 

Ces deux méthodes sont utiles pour vous garder attentif aux ours, mais l’une d’entre elles vous empêche de remarquer à peu près tout le reste.

 

Si votre « système d’alarme » est aléatoire, constant ou non pertinent, alors ce système d’alarme devient inutile pour la navigation et vous garde simplement à une extrémité du spectre de la vie. Il vous garde du côté de « Être vivant » par rapport à « Vivre ».

 

Nous parlerons maintenant de chacun des Traits Directeurs, avec une brève synthèse, puis une liste de méthodes pour savoir comment consciemment transformer cette peur de sorte que nous ne soyons pas seulement vivants, mais puissions vivre à nouveau, si l’on peut dire.

 

Une note : Gardez à l’esprit que les Traits Directeurs n’apparaissent pas seulement comme des comportements que vous avez, mais aussi comme des comportements que vous endurez ou attirez chez les autres.

 

Aperçu de l’Autodépréciation et de l’Arrogance : axe de l’Inspiration

 

L’AUDÉPRÉCIATION et l’ARROGANCE sont des attachements à la façon dont on se définit.

 

L’Autodépréciation est la peur de NE PAS ÊTRE ASSEZ, tandis que l’Arrogance est la peur d’ÊTRE TROP.

 

L’Autodépréciation craint de ne pas être vue clairement, tandis que l’Arrogance craint d’être vue trop clairement.

 

L’Autodépréciation trouve ses bribes d’estime de soi en étant la première à se frapper pour s’abattre. C’est de cette manière que l’Autodépréciation protège le soi d’être invisible ou de se sentir invisible ou incompétent. La défense ici est que si l’individu peut le premier dire ou mettre en évidence ses propres défauts, alors c’est un moyen de montrer qu’il est d’accord avec ce qu’il suppose que vous verrez sans aucun doute, ou que vous voyez déjà.

 

C’est la seule façon qu’ils savent comment être vus : à travers la lentille des échecs, des défauts, des insécurités et des doutes.

 

L’Arrogance, d’autre part, essaie de protéger son estime de soi en créant un placage aussi protecteur que possible, cachant ses insécurités derrière un personnage de fausse confiance, d’offense et de défense. Puisqu’il y a ici très peu d’estime de soi, elle doit être protégée à tout prix, souvent en détournant l’attention vers les défauts ou l’incompétence de quelqu’un d’autre.

 

C’est leur seule façon de savoir comment garder une quelconque estime de soi, en prétendant qu’elle existe en plus grande quantité qu’elle n’est.

 

L’Autodépréciation met en évidence ses propres défauts, et l’Arrogance souligne les vôtres.

 

Comment transformer l’Autodépréciation

 

Les 7 Angles du Comportement pour aider à transformer l’Autodépréciation pourraient être :

 

1. VOUS N’AVEZ PAS D’ENNUIS

 

Pour ceux qui luttent avec l’Autodépréciation, il peut souvent y avoir un sentiment obsédant d’être constamment sur le point d’être pris en faute, d’être interpellé, humilié, fait pour être un exemple ou « en difficulté », et ce, même quand rien ne justifie de telles préoccupations. Et encore plus quand il faut s’en préoccuper.

 

Permettez-vous d’échouer, d’être incompétent et tirez parti de vos expériences afin d’apprendre ou afin de faire des choix vers d’autres directions. Si votre seule préoccupation est de savoir si vous aurez des ennuis ou non, alors vous ne serez jamais vraiment à votre meilleur.

 

2. VOTRE MEILLEUR N’EST PEUT-ÊTRE PAS LE MEILLEUR

 

Il y a des moments où vous ne répondrez pas aux attentes des autres ou de vous-même. Le meilleur que vous pouvez faire n’est peut-être pas le meilleur que quelqu’un d’autre peut faire. C’est un fait de la vie. Acceptez cela et permettez à la gentillesse d’être un processus de votre amélioration, ou une part de votre liberté de poursuivre avec vos forces.

 

3. NETTOYEZ VOTRE CONSCIENCE

 

Ce n’est pas une faute de frappe. Nous parlons de la nécessité pour ceux en Autodépréciation de NETTOYER leur conscience. Nous entendons par là que l’individu prend le temps de noter à quel point son esprit est encombré par des choses du passé, enterrées comme des tombes peu profondes, rassemblées là comme un cimetière d’échecs et de défauts, prêtes à être déterrées à tout moment. Il est important que les personnes en Autodépréciation considèrent régulièrement ces expériences comme une PARTIE de qui elles sont, et non une définition de qui elles sont.

 

NETTOYEZ votre conscience de ces tombes métaphoriques et commencez à faire de la place à la vie, pour que des choses vivantes y grandissent. Laissez les échecs du passé agir comme un engrais, si vous voulez, plutôt que d’être préservés comme une sorte de trophée qui compense la compétence.

 

4. NETTOYEZ VOTRE ENVIRONNEMENT

 

En plus d’un esprit encombré, ceux en Autodépréciation peuvent avoir un espace encombré, reflétant les débris de construction des défauts, des échecs, des attentes déçues, etc. Pour ceux en Autodépréciation, il peut y avoir une tolérance élevée à l’encombrement, ce qui peut refléter une tolérance à l’encombrement de l’esprit, du cœur et du corps.

 

Un effort régulier pour nettoyer, organiser et expérimenter son espace aide à se nettoyer, s’organiser et faire l’expérience de soi.

 

L’attention portée à l’hygiène personnelle est également importante ici aussi. Les personnes en Autodépréciation peuvent ne pas « sentir mauvais » à la suite d’un manque d’hygiène personnelle, mais elles peuvent très bien sauter certaines routines de soins corporels qui les aideraient à transformer le sentiment d’invisibilité et d’inadéquation en un sentiment d’auto prise en charge et d’attention personnelle.

 

5. PRENEZ SOIN DE VOUS

 

Ne présumez pas que quelqu’un d’autre doit, devrait ou pourrait faire cela pour vous.

 

Prenez quotidiennement soin de vous de toutes les manières possibles. Offrez-vous de la bonne nourriture, de bons divertissements, un bon bain, une bonne hygiène, de la gentillesse, de la patience, etc.

 

6. CESSEZ DE VOUS EXCUSER

 

Tant que vous vous excusez constamment, vous n’assumez pas de responsabilités pour vous-même. Tant que vous vous trouvez des excuses, vous n’assumez pas de responsabilités.

 

Les excuses sont un détournement des responsabilités.

 

Nous ne parlons pas ici de ce qui concerne la courtoisie sociale, la reconnaissance d’un chagrin ou d’une offense, mais des excuses comme un tampon pour nous protéger de l’appropriation de la réponse.

 

7. APPROPRIEZ-VOUS

 

Nous entendons par là que vous reconnaissez librement vos comportements, vos échecs, vos défauts, mais que vous y répondez par l’appropriation, et non par un moyen de vous soustraire davantage à toute responsabilité.

 

Lorsque vous vous excusez ou offrez des excuses, vous réagissez. Vous ne vous appropriez pas. Lorsque vous vous appropriez, vous allez répondre plutôt que réagir, et c’est la clé de la responsabilité.

 

Comment transformer l’Arrogance

 

Les 7 Angles du Comportement pour transformer l’ARROGANCE pourraient être :

 

1. PERSONNE NE REGARDE

 

Pour ceux en Arrogance, la peur que tout le monde les observe est élevée. Il y a un sentiment profond que chaque mouvement, chaque choix et chaque action sont examinés et d’une grande pertinence pour les autres. Dans la plupart des cas, ce n’est tout simplement pas vrai. Personne ne vous regarde. La plupart ne se soucient pas de savoir si vos cheveux sont abîmés, si vous avez trébuché ou si vous répondez à vos propres normes ou attentes.

 

2. CÉLÉBREZ EN PRIVÉ

 

Pour plusieurs en Arrogance, il y a une obsession à faire connaître aux autres chaque petit succès, à signaler immédiatement une victoire, ou même d’utiliser la « fausse modestie », qui est de l’autofélicitation bordée d’une fausse Autodépréciation.

 

Permettez-vous de vous célébrer avec vous-même.

 

Vos succès sont tout aussi réels qu’ils soient ou non utilisés comme un moyen de vous définir aux yeux des autres.

 

Voyez si vous pouvez embrasser un succès avec vous-même sans recruter d’autres personnes pour vous célébrer.

 

3. CÉLÉBREZ LES AUTRES

 

Parfois, ceux en Arrogance peuvent être tellement préoccupés de présumer que tout le monde les surveille, qu’ils oublient de prêter une attention significative aux autres.

 

4. LAISSEZ-VOUS SEUL

 

Ceux en Arrogance peuvent être encore plus durs dans leur autocritique que ceux en Autodépréciation.

 

L’Autodépréciation peut glisser vers une défaite silencieuse, mais l’Arrogance peut être sans relâche.

 

Beaucoup en Arrogance sont leurs pires intimidateurs, si vous voulez, assumant les voix de leur passé qui les ont critiqués, se les appropriant afin de retrouver une partie de leur estime personnelle, en se rangeant du côté de ce mépris de soi.

 

5. LAISSEZ LES AUTRES SEULS

 

Ceux en arrogance peuvent être les pires intimidateurs aussi envers les autres, activement ou passivement condescendants dans leur ton, leurs mots, leurs comportements, etc.

 

Si vous constatez que vous parlez avec mépris d’une autre personne, ou de vous-même (voir 4), que vous agissez d’une manière non constructive ou utile, mais en insistant simplement sur les défauts, alors il est peut-être temps d’examiner comment vous donnez naissance aux voix critiques que vous portez sur vous-même.

 

La critique est utile et significative, mais pas lorsqu’elle est uniquement utilisée comme moyen de déviation ou de protection.

 

6. EMBRASSER L’ÉGALITÉ

 

Nous entendons par là que bien qu’il y ait toujours des nuances entre chaque personne et chaque chose, avec de grands écarts entre les points communs, certains étant meilleurs dans certaines compétences que d’autres, ou plus socialement célébrés que d’autres, ou même injustement récompensés plus que d’autres, il y a toujours une profonde pertinence au dénominateur commun de l’humanité et de l’existence. En d’autres termes, permettez aux comparaisons d’informer et non pas de définir.

 

Lorsque vous voyez ou sentez que vous êtes meilleur qu’un autre, ou qu’un autre agit comme s’il était meilleur que vous, rappelez-vous le plus de choses possibles que vous partagez. Cela ne signifie pas que vous n’êtes pas meilleur dans ce que vous faites que quelqu’un d’autre pourrait l’être, ou qu’une autre personne n’est pas plus attrayante pour plus de gens que vous ne pouvez l’être, mais laissez-vous aussi avoir ce qui est également vrai. Vous n’avez pas à prétendre qu’il n’y a pas de différences, mais ne prétendez pas non plus qu’il n’y a pas de similitudes.

 

7. INVITEZ L’INTIMITÉ

 

Plus que la plupart des autres Traits Directeurs, l’Arrogance gardera les autres à distance, même si elle feint souvent d’être très ouverte et directe avec vous.

 

Beaucoup en Arrogance construisent soigneusement un spectre d’expressions et de comportements révélateurs que d’autres supposent être tout ce qu’il y a à savoir ou à voir à propos de cette personne, protégeant ainsi la personne en Arrogance de ceux qui pourraient autrement être indiscrets.

 

Il peut donc être utile pour la personne en Arrogance de prendre certaines responsabilités et certains soins à inviter consciemment les autres à être proches, sans présumer que les autres trouveront leur chemin pour ensuite lever les yeux et se demander où est tout le monde.

 

Ceux qui sont en Arrogance peuvent être parmi les personnes les plus solitaires parce qu’ils créent les plus grands fossés de protection, mais ils ont désespérément envie d’être proches en même temps.

 

Et il peut donc être utile d’inviter activement l’intimité, soit de manière évidente, comme littéralement demander d’avoir une conversation, inviter à des événements sociaux, etc., ou simplement en permettant à soi-même d’être présent avec un autre, d’écouter, de prêter attention et de répondre avec soin. L’intimité ne consiste pas toujours à recevoir de l’attention, mais aussi à en donner.

 

En raison de l’élaboration approfondie de chacun de ces Traits Directeurs, nous devons suggérer que la livraison soit répartie sur quelques séances. Nous avons commencé avec l’Autodépréciation et l’Arrogance, car ce sont les plus communs chez les Vieilles Âmes, mais nous devrons développer les Traits Directeurs restants dans un autre échange.

 

Nous allons prendre 15 minutes pour répondre à vos questions.

 

LA FILE EST OUVERTE

 

[ViP] Y a-t-il une différence dans la façon dont ces Angles de Comportement devraient être interprétés ou appliqués, selon que le Trait Directeur qu’on tente de transformer est primaire, secondaire, ou tertiaire ?

 

MEntité : Chacun des 7 angles que nous avons proposés serait probablement pertinent dans n’importe quel contexte, mais l’un des angles d’un Trait Directeur peut être plus pertinent que les autres.

 

[BrianW] Réalisant qu’il n’y a pas assez de temps pour l’examiner en profondeur, pourriez-vous donner un moyen de contrer le glissement du pôle négatif de l’Autodépréciation vers l’Autodestruction ?

 

MEntité : 
Si l’Autodépréciation glisse vers l’Autodestruction, cela signifie qu’elle est, d’abord, en train d’accéder à l’Entêtement. L’Autodépréciation ne peut pas glisser vers l’Autodestruction d’une autre façon. Cela signifie que le Pôle Négatif de l’Autodépréciation, l’-Abaissement, glisse vers le Pôle Négatif de l’Entêtement, l’-Obstination, puis au -Suicide, le Pôle Négatif de l’Autodestruction. 

 

Lorsque c’est le cas, il est probable que la Personnalité a décidé de ce qui est horrible à propos du soi, puis refuse de changer de quelque manière que ce soit qui pourrait être bénéfique, ce qui conduit alors à un sentiment de gaspillage total de la vie.

 

Pour aider à contrer cela, il faudrait glisser vers le pôle « positif » de la Convoitise, l’+Appétit. Bien qu’aucun Trait Directeur ne soit vraiment « positif », les Pôles Positifs décrivent le chemin pour sortir de ce Trait Directeur. 

 

Dans ce cas, avoir à nouveau un +Appétit pour la vie, une acceptation de ce que l’on veut et de ce dont on a besoin, peut grandement contrer le sentiment que la vie est simplement gaspillée sur le soi.

 

Une fois que ce sentiment d’+Appétit pour la vie est disponible à distance, plus de l’existence peut venir, plus il y aura à vivre. Et cela compte, même si c’est seulement une journée à la fois.

 

[Mariusrehm] peut-il être utile de faire prendre conscience aux autres de ce que vous pensez que leurs Traits Directeurs pourraient être ? Faut-il une certaine intimité/proximité pour qu’ils ne se sentent pas accusés lorsque cela est abordé ? Ou est-ce que chacun doit explorer complètement ces choses par lui-même ?

 

EM :
Marius, il est souvent plus utile pour vous de connaître les Traits Directeurs des autres que de les leur signaler. Signaler les Traits Directeurs des autres n’est utile que s’il y a un accord mutuel le permettant. 

 

La confiance est nécessaire ici, et même dans ce cas, cela peut être délicat. Bien sûr, c’est à vous de choisir si vous allez le faire pour quelqu’un et comment vous le ferez, mais nous pouvons dire par expérience qu’il est vrai qu’un terrain d’entente et une confiance significatifs sont assez vitaux pour que la « photographie » d’autrui leur soit utile. Par « photographie », nous entendons ces moments où l’on offrirait un « instantané » d’un moment ou d’un comportement d’un autre pour sa prise en considération.

 

Dans certains cas, cependant, une intervention peut être nécessaire si une personne n’est absolument pas au courant. Lorsqu’une intervention est proposée, celui qui offre doit être prêt à supporter les réactions, les détournements, les défenses et les dénégations qui pourraient provenir de la confrontation avec la réalité de son impact néfaste pour lui-même ou les autres.

 

Cela doit être considéré attentivement, lorsqu’une intervention est jugée nécessaire.

 

Si l’on n’est pas à l’extrême nécessité d’une intervention, alors le moyen le plus efficace pour inviter une autre personne à réfléchir sur son Trait Directeur est de simplement lui demander si elle sait que son comportement a un effet particulièrement nuisible ou diviseur.

 

En demandant cette invitation, vous verrez probablement s’il y a de la place pour une discussion significative, ou s’il n’y aura que plus de la même chose.

 

[Kurtis] J’ai remarqué une difficulté à comprendre le pôle négatif -Phobie du mode Prudence par rapport aux Traits Directeurs. Pourriez-vous élaborer ou clarifier la différence entre ces Traits Directeurs et la -Phobie ?

 

EM :
Tous les Pôles Négatifs des Attributs seront raccrochés aux Traits Directeurs, donc la -Phobie, par exemple, s’accrochera au Trait Directeur de cette personne. La même chose pourrait être dite pour la -Flatterie ou l’-Identification, les Pôles Négatifs de l’Acceptation et de la Passion, respectivement.

 

En d’autres termes, ce sont les Pôles Négatifs des Attributs qui activent les Traits Directeurs, et non l’inverse.

 

La Prudence est un moyen de se relier, ou d’atteindre le But, en raffinant ses pensées et son expression, de sorte que la +Délibération [le pôle positif de la Prudence] est quand on est capable de sélectionner soigneusement une pensée ou une expression comme moyen de se relier ou d’atteindre le But. 

 

La -Phobie intervient lorsque la personne commence à suranalyser, à trop réfléchir et ne peut plus raffiner ses interprétations ou expressions.

 

Cette personne devient effrayée par sa propre pensée. Cela va alors déclencher le Trait Directeur devenu habituel comme moyen de se protéger.

 

Mais cette incapacité à raffiner ses pensées viendra en premier.

 

Pour clarifier : la réflexion excessive de cette personne commence à lui faire peur, déclenchant ses Traits Directeurs.

 

EM : Nous terminerons ici pour aujourd’hui et continuerons cette discussion sur les autres Traits Directeurs. Nous savons que nous avons de nombreux étudiants qui sont en Arrogance et en Autodépréciation, donc bon nombre d’entre vous peuvent commencer à réfléchir à la façon dont vous pouvez les transformer, si vous choisissez de le faire.

 

###

 

Note : La séance d’origine s’est terminée ici. Des séances ultérieures ont fourni les méthodes ci-dessous pour transformer les autres Traits Directeurs.

 

Traits Directeurs de l’axe de l’Action : Martyre et Impatience

 

Comment transformer le Martyre

 

Les 7 Angles de Comportement pour transformer le MARTYRE pourraient être :

 

1. TOUT N’A PAS BESOIN DE CORRECTION

 

Il est important pour ceux qui sont en Martyre de se rappeler que tout n’a pas besoin d’être corrigé.

 

2. VOUS N’ÊTES PAS LE SEUL À POUVOIR LE CORRIGER

 

Même lorsque quelque chose doit être corrigé, vous n’êtes pas toujours celui ou celle qui doit le corriger.

 

3. LE SEUL ESPACE QUE VOUS POSSÉDEZ, C’EST VOUS

 

Pour ceux qui sont en Martyre, il peut être difficile de contrôler l’espace autour du soi, mais le soi est la seule frontière que vous possédez vraiment. Vous vous terminez là où votre peau se termine. Il est correct de prendre de l’expansion dans l’espace autour de vous, mais vous ne pouvez pas toujours contrôler cet espace.

 

4. VOUS ÊTES UN SURVIVANT (pas une victime)

 

Si vous êtes vivant, vous êtes un survivant. Cela sape vos efforts de navigation dans la vie si vous présumez que vous êtes une victime, mais il peut être stimulant de vous rappeler que vous êtes un survivant, que vous vous souciez assez pour continuer, que votre lutte ne vous définit pas, mais vous guide.

 

5. VOUS N’ÊTES PAS LE SEUL SURVIVANT

 

Il y a de vraies victimes dans la vie et de vrais survivants. Les vraies victimes ont été blessées d’une manière qui oblige à faire des choix de vie vers la survie, mais la victimisation n’existe que dans la mesure où on renonce à faire des choix.

 

D’autres survivent avec vous dans la vie, et il peut être utile de tendre la main pour qu’un réseau de force puisse être construit, au lieu d’ignorer ce lien de survie.

 

6. VOUS POUVEZ VOIR PLUS LOIN QUE VOUS PENSEZ

 

Vous avez peut-être affaire à la survie, aux limites et au contrôle au point où vous semblez ne pouvoir voir que ce qui se trouve en face de vous, mais vous pouvez voir plus loin que cela.

 

Regardez en avant, regardez plus loin, regardez au-delà. Il y a là des vérités et des inspirations qui peuvent vous guider.

 

7. SOYEZ GENTIL

 

Ceux qui sont en Martyre peuvent parfois penser qu’il est justifié d’être difficile, d’ignorer les limites, de défendre ses attentes et ses droits, d’imputer les autres pour ses malheurs, etc.

 

Et cela nourrit souvent la permission d’être insensible aux autres jusqu’à ce que quelqu’un soit suffisamment sensible pour faire une percée et vous sauver de votre Martyre.

 

Aucune vie n’a besoin d’être parfaite avant d’être gentille.

 

Et être gentil apporte une grande vague de soutien et un contrôle plus valide sur la vie que ce à quoi on pourrait s’attendre, et certainement de manière plus efficace que ce qu’apporte d’être difficile.

 

Comment transformer l’Impatience

 

Les 7 Angles de Comportement pour transformer l’IMPATIENCE pourraient être :

 

1. PRENEZ UN CONGÉ

 

Séparez-vous du constant courant d’influence que le temps a sur vous et placez-vous dans une position qui se veut libre, comme faire une belle promenade, une soirée au cinéma, une réunion avec un ami pour une conversation, etc. Tout ce que vous ne feriez normalement PAS parce que vous « n’avez pas assez de temps » pour le FAIRE.

 

2. CALMEZ VOTRE ESPRIT

 

L’Impatience peut brouiller votre processus de réflexion à un point tel que vous n’êtes plus efficace, il serait donc bien pour vous de RALENTIR votre esprit, votre pensée et de trouver votre espace intérieur calme. Cela peut être fait sous la douche, dans un bain ou à tout autre moment où vous y pensez. Détendez simplement votre visage, votre mâchoire, sentez le poids de votre langue dans votre bouche, la présence de votre poitrine, et pendant plusieurs minutes de 3 à 30, simplement SOYEZ. Cette pratique d’ÊTRE vous permettra de revenir à votre moment avec beaucoup plus d’efficacité.

 

3. EMBRASSEZ UNE CHOSE

 

L’Impatience peut souvent donner l’impression qu’on doit être au-dessus de tout ce qui est au programme, donc tout réclame de l’attention comme s’il était prioritaire. Au lieu de penser à une chose comme la cause du retard d’une autre, il serait bon de penser que vous vous concentrez sur une chose comme si vous embrassiez cette chose, un peu comme si vous serreriez contre vous un enfant ou un chiot, sachant que vous serez heureux, puis rapidement serrant dans vos bras le prochain enfant ou chiot, dès que vous avez fini d’en serrer un. Cela vous aidera à éviter les pensées intrusives et les émotions distrayantes.

 

4. UTILISEZ VOTRE CORPS

 

L’Impatience peut souvent donner l’impression du poids du temps sur le corps, ce qui peut laisser une personne ignorer l’efficacité du corps, entraînant de la maladresse et des comportements ou réactions erratiques. L’une des meilleures façons d’utiliser votre corps est d’ÉCOUTER. La plupart des fragments qui souffrent d’Impatience ont tendance à présumer l’intention, le sens et les paroles de ceux qui communiquent.

 

Il y a rarement de la patience pour l’acte d’ÉCOUTER. Certains qui souffrent d’Impatience ne réalisent même pas à quel point ils écoutent peu parce qu’ils deviennent simplement sourds au monde extérieur, si l’on peut dire ; mais ils ont appris à parler pour tout le monde autour d’eux si efficacement qu’ils pensent que leurs propres mots sont ceux des autres. Prendre un moment pour vous demander si vous ÉCOUTEZ peut vous aider à revenir au moment présent et à prendre des décisions et des réponses plus efficaces sur le moment.

 

5. CRÉEZ DES SCHÉMAS DE COMPORTEMENT

 

L’impatience conduit généralement un individu vers des schémas de comportement réconfortants plutôt que productifs. Quand on est Impatient et qu’on ne crée que des schémas réconfortants, on a encore besoin d’avoir un sentiment de preuve pour l’usage du temps, ce qui amène à se mentir à soi-même, à mentir aux autres, de façon à ce que le temps semble avoir été occupé avec assez de défis pour valider notre existence, ou encore on s’esquivera dans des routines qui « ne vont nulle part ». 

 

Les schémas sont parfaitement valides, mais quand on est Impatient, ces schémas peuvent mener à un état d’entropie, il faut donc prendre conscience du processus de ses schémas et se demander s’ils sont en train de se CRÉER ou s’ils sont simplement en train de se réaliser. Faites un simple changement dans le but de créer ou modifier un schéma et les résultats peuvent souvent être assez étonnants.

 

6. SOYEZ PRÉSENT

 

Bien que nous l’ayons déjà mentionné, il vaut la peine de le souligner spécifiquement, soyez PRÉSENT. Ceux qui sont affligés de l’Impatience ne sont souvent PAS là où ils sont dans le temps. Ils sont souvent ailleurs, comme dans un avenir insaisissable ou un passé sentimental. 

 

Il vous sera bénéfique de vous entraîner à être présent lorsque vous faites quelque chose. Faire cela signifie être pleinement conscient que vos actions sont guidées par vos choix, et que votre peau, vos mains, votre visage, votre corps, votre Personnalité sont tous à bord pour le moment, même si vous préféreriez faire autre chose. Plus vous vous échappez du moment présent, moins vous pouvez apporter de changement à votre dynamique.

 

7. RIEZ DU TEMPS

 

Nous entendons par là de souligner que le Temps a très peu à voir avec votre vie au-delà de votre expérience et de votre interprétation de celui-ci. Si vous pouvez trouver de l’humour et du cœur dans votre relation au temps, vous pouvez le trouver comme un allié, plutôt que comme un dictateur oppressif. Rire du temps peut signifier trouver des choses amusantes à faire, des choses ludiques à faire, des choses insignifiantes et inutiles à faire, du moment que vous prenez du plaisir à les faire et qu’elles vous aident à perdre votre concentration sur le temps. Ce faisant, vous pouvez commencer à aider votre Personnalité et votre corps à voir à quel point il y a peu de RÉALITÉ au concept du temps au-delà de votre utilisation du moment et de votre interprétation de cela.

 

Les Traits Directeurs de l’axe de l’Expression : Autodestruction et Convoitise

 

Comment transformer l’Autodestruction

 

En raison de la nature de l’Autodestruction, la transformation de ces 7 angles de comportement peut nécessiter une intervention externe. C’est le seul Trait Directeur qui peut nécessiter une intervention, car, selon sa gravité, l’autosabotage sera là à chaque tournant, même lorsque l’on fait des tentatives pleinement conscientes de transformations.

 

Lorsque l’Autodestruction est en vigueur, l’effet de spirale peut être mortel.

 

L’Autodestruction peut apparaître de deux manières différentes : silencieuse et persistante, ou déclenchée et impitoyable. S’il s’agit d’une Autodestruction silencieuse et persistante, les 7 Angles peuvent être appliqués plus efficacement et consciemment au fil du temps avec un effort de tous les instants. Si l’Autodestruction est celle qui est déclenchée dans une spirale impitoyable, il sera plus utile d’approcher ces 7 Angles entre deux déclenchements.

 

Les 7 Angles de Comportement pour transformer l’AUTODESTRUCTION pourraient être :

 

1. AIDEZ LES AUTRES

 

La douleur personnelle n’est pas destinée à être gardée pour soi. Elle est à partager. L’une des façons de partager votre douleur est de lui permettre de créer des voies d’empathie et de compassion pour les autres. La douleur personnelle peut être utilisée pour vous informer sur la façon d’aider les autres. Laissez votre douleur personnelle être une ressource plutôt qu’un fardeau, puis partagez cette ressource avec les autres. Nous ne voulons pas dire que vous devez partager les détails de votre douleur, mais de laisser votre douleur vous rappeler que les autres peuvent bénéficier de la force que vous acquérez de vos propres expériences. Il peut ne pas sembler que vous puissiez être très aidant ou utile pendant que vous portez votre propre douleur, mais c’est l’un des mensonges de ce Trait Directeur. Dès que vous commencez à faire l’effort d’aider les autres, le mensonge devient inutile et vous devenez utile.

 

2. CRÉEZ UN RÉSEAU DE SOUTIEN

 

N’attendez pas d’avoir besoin d’aide pour demander de l’aide ou pour offrir de l’aide. À tout moment où la vie est belle, calme et stable, faites le travail de créer un réseau de soutien. Vous en aurez besoin et d’autres auront besoin de vous. Rejoignez un groupe de soutien, un groupe d’aide, un groupe social ou tout autre groupe où vous êtes libre d’être clairement disponible les uns pour les autres lorsque vous avez besoin les uns des autres.

 

Cela peut sembler idiot et vous vous surprendrez peut-être à vous en dissuader, mais c’est une médecine préventive. C’est de la gentillesse proactive. Laissez-vous avoir ce réseau puis gardez-le dans votre vie, car il peut vous sauver la vie.

 

3. PRENEZ SOIN DE VOUS SANS SCRUPULES

 

Prenez vos pauses. Prenez vos bains. Lisez votre livre. Appréciez votre musique. Achetez cette jolie chemise. Demandez ce câlin. Arrêtez-vous et respirez. Tout ce qui est important pour vous de faire pour prendre soin de vous, faites-le au moins une fois par jour. AU MOINS. La raison pour laquelle cela est important c’est que presque tous les cas d’Autodestruction proviennent d’une profonde expérience d’abandon, ou d’un coup au cœur et à l’esprit qui vous a convaincu qu’être en vie était un fardeau. Donc, plus vous prenez soin de vous, plus vous réparez les dommages qui ont été causés à la psyché et au corps par l’abandon. 

 

4. IL EST CORRECT DE NE PAS SOUFFRIR

 

Quand la vie va bien et que tout semble être un plaisir et une joie, l’Autodestruction vous dira qu’il y a un prix à payer pour cela et que ça n’en vaut pas le prix, OU, elle vous dira que vous devez compenser ces moments de plaisir en vous préparant à la souffrance à venir, à la punition pour avoir joui de la vie. Votre souffrance peut très bien revenir, alors quand vous êtes dans le plaisir, SOYEZ dans le plaisir. Lorsque vous ne souffrez pas, alors laissez-vous ne pas souffrir.

 

5. SOYEZ PLUS QUE CE QUE VOUS ÊTES

 

L’Autodestruction peut convaincre quelqu’un qu’il ne vaut pas la vie gaspillée pour lui, donc une tactique utile peut être pour vous d’être plus que quI vous êtes. C’est une déclaration générale, car elle peut signifier beaucoup de choses différentes pour différentes personnes, mais l’effort général ici sera d’être ludique et créatif pour être plus que qui vous êtes. Par exemple, vous souhaiterez peut-être être utile, alors aidez davantage. Vous voudrez peut-être être créatif, alors créez plus.

 

Vous voudrez peut-être devenir écrivain, alors écrivez plus. Vous voudrez peut-être faire rire les autres, alors riez davantage.

 

Quand une personne navigue dans l’Autodestruction et vise à être plus, elle a tendance à simplement parfaire et s’approprier l’authenticité de sa présence. Il peut sembler que vous êtes plus, mais vous laissez simplement plus de vous être avec vous.

 

Janet : Je ne comprends pas l’expression « parfaire »… Avez-vous une phrase différente ?

 

Quand une personne navigue avec l’Autodestruction et vise à être plus, elle a tendance à simplement devenir plus de qui elle est, pas plus de ce qu’elle est. Elle parfait la gamme de qui elle est et s’approprie l’authenticité de sa présence.

 

6. EMBRASSEZ ET PRATIQUEZ LA GESTION DE LA DOULEUR

 

L’Autodestruction vous indiquera tout ce qui est douloureux dans votre cœur, votre esprit, votre « âme » et votre corps. La douleur fait partie de la vie et du fait d’être en vie, mais si elle est ignorée, elle grandira et se propagera, et si on s’y complait, elle alimentera les dépendances et les imprudences. Au lieu d’éviter la douleur ou de vous y complaire, laissez-vous acquérir des compétences pour la naviguer, la gérer, et vous en soulager. Il existe de nombreuses formes de gestion de la douleur pour différents types de douleur. Vous saurez si elle est émotionnelle, intellectuelle, physique ou spirituelle ; et cela vous aidera énormément à transformer l’Autodestruction si vous apprenez ou utilisez des outils pour gérer cette douleur. Cela peut être aussi simple que d’avoir les conversations de soutien dont vous avez besoin, ou les médicaments antidouleurs nécessaires. Il est correct de gérer la douleur comme un moyen de prévenir la souffrance.

 

7. LA VIE EST POUR QUE VOUS VOUS L’APPROPRIEZ ET NON PAS POUR QUE VOUS LA GAGNIEZ

 

Il n’y a aucun système de punition/récompense en place dans aucun univers, y compris cet univers et l’univers d’un individu. Vous n’avez pas besoin de mériter votre droit de vivre ou d’exister. Cette vie ne vous a pas été donnée, elle a été créée par vous. Elle n’a pas été créée pour vous, elle a été créée à partir de vous. Ce sera vrai pour chaque vie dans chaque univers à tous les niveaux. Entraînez-vous à vous approprier votre vie et concentrez-vous à faire des gains là où ça compte réellement pour vous et les autres.

 

Comment transformer la Convoitise

 

Les 7 Angles de Comportement pour transformer la CONVOITISE pourraient être :

 

1. DONNEZ PLUS

 

Cela peut sembler une position dramatique et même contre-intuitive à prendre en cas de Convoitise, mais il est important de se rappeler que la Convoitise ne concerne pas ce qui vous manque vraiment. Il s’agit de ce que vous craignez de manquer. Dans la plupart des cas de Convoitise, l’accent de cette Convoitise porte sur quelque chose que l’on a déjà, mais dont on veut plus. Pour aider à transformer la Convoitise, l’une des premières choses que vous pouvez faire est de donner plus de ce que vous souhaitez recevoir. La raison pour laquelle cela fonctionne est que vous mettez ensuite en action concrète la chose même que vous sentez que vous manquez et que lorsque vous voyez les autres recevoir cela de vous, cela vous rappelle ce que vous avez.

 

2. CRÉEZ/FABRIQUEZ PLUS

 

Encore une fois, cela peut sembler contraire à la peur du manque, mais il y a presque toujours un moyen de créer/fabriquer plus de ce que vous pensez manquer lorsque vous êtes dans la Convoitise.

 

3. FAITES MOINS

 

La Convoitise peut inciter et motiver une personne à prendre aux autres et même à détruire ce qui lui manque si cela est perçu comme une abondance pour les autres. Il peut être utile de se rappeler de ne pas agir, de rayer ou de faire quoi que ce soit qui compromet l’existence de ce qui vous manque ou de ceux qui le détiennent.

 

Il n’est pas toujours nécessaire d’agir sur vos compulsions pour obtenir ce qui vous manque.

 

4. PERSONNE NE SE SOUCIE DE CE QUI VOUS APPARTIENT

 

Il peut sembler que les autres se soucient de ce qui vous appartient ou que vous avez, mais ce n’est pas le cas. Même ceux qui expriment de l’envie, de la jalousie ou de l’admiration ne le font pas parce que vous possédez quelque chose qu’ils veulent. Ils sont envieux, jaloux ou admiratifs parce qu’ils peuvent avoir leur propre valeur de présence liée à des objets tout comme vous.

 

Avoir plus ne fait pas que vous êtes plus.

 

5. ENCOURAGEZ L’ABONDANCE

 

Plus précisément, encouragez l’abondance pour les autres, même si vous avez des difficultés avec la vôtre. L’un des moyens les plus efficaces d’aider à s’éloigner de la Convoitise est de célébrer les triomphes, les succès et les avantages que les autres reçoivent, car cela aide à ouvrir la voie à votre propre abondance.

 

6. LAISSEZ-VOUS AVOIR CE QUE VOUS AVEZ

 

Il arrive souvent que ceux qui sont dans la Convoitise aient tendance à complètement passer à côté de ce qu’ils ont en termes d’abondance et de bien-être, de sécurité matérielle, d’affection et d’amour, etc., quand tout sur quoi ils peuvent focaliser est leur pulsion de prendre plus. Laissez-vous avoir ce que vous avez et cela aidera à en générer davantage dans votre vie. 

 

7. UTILISEZ CE QUE VOUS AVEZ, AVEC SAGESSE

 

Il arrive souvent que la Convoitise d’une personne puisse être déclenchée par des menaces légitimes contre une ressource vitale. La Convoitise n’est jamais vraiment au sujet de manquer de ce que vous manquez, mais de vouloir plus de ce que vous avez déjà. Si vous trouvez que vous avez très peu de quelque chose dont vous voulez plus, cela peut vous aider à utiliser ce que vous avez, avec sagesse. Aimez plus sagement. Dépensez plus sagement. Prenez soin des autres plus sagement. Cela vous aidera à extraire la profondeur dans ce que vous avez déjà, plutôt que de présenter ce que vous avez comme diminué, superficiel ou vide.

 

Le Trait Directeur de l’axe de l’Assimilation : Entêtement

 

Comment transformer l’Entêtement

 

1. CHANGER UN PETIT PEU PLUS

 

Juste au moment où vous pensez avoir atteint un point où vous êtes certain, sûr et convaincu de votre position, envisagez de changer juste un petit peu plus. Traitez cela comme une curiosité, pas comme une concession. Traitez cela comme l’occasion d’une confiance authentique et non d’une confiance défensive.

 

2. DITES NON À NON

 

La plupart du temps, si l’Entêtement est en action, il existe une certaine forme de protection contre le changement ou l’inconnu qui est maintenue en insistant sur le « NON » dans votre vie. Accordez-vous le confort du NON, mais en l’utilisant pour aider à démanteler son emprise sur même seulement envisager un OUI. Une façon de faire est d’utiliser la phrase PAS ENCORE, comme dans, vous êtes toujours prêt avec votre NON, mais PAS ENCORE. 

 

Lorsque vous souhaitez immédiatement dire Non, dites Non, Pas Encore. Et donnez-vous un peu de répit pour pouvoir dire oui.

 

3. DITES LA VÉRITÉ

 

L’Entêtement vous incite souvent à dire des mensonges à vous-même et aux autres sur les raisons pour lesquelles vous résistez à un changement ou une direction vers l’incertitude ou l’inconnu, ou que vous les rejetiez. Ceux-ci peuvent se manifester comme des excuses, un langage évasif, parfois au point d’en devenir un art. Pour aider à démanteler la peur du changement, vous devez dire la vérité, parler de ce que vous voulez, de ce dont vous avez besoin et de ce que vous ne voulez pas ou n’avez pas besoin. 

 

L’Entêtement est souvent provoqué parce que vous n’avez pas assumé la responsabilité de votre propre autorité sur votre vie, alors vous apprenez à trouver des excuses. 

 

Parfois, tout ce que l’on doit faire est de s’exprimer et d’être présent comme un moyen de naviguer dans l’incertitude, plutôt que de se cacher et d’éluder.

 

4. FAITES-VOUS CONFIANCE

 

L’Entêtement peut vous fermer à toute nouvelle entrée et bloquer toute considération pour de nouvelles expériences ou de nouvelles informations, car si cette nouvelle information ou expérience vous encourage à changer ou à vous développer, alors vous perdez le sens du soi que vous avez appris à protéger si soigneusement. Mais qui vous devenez est construit à partir de vous et ne vous remplace pas. 

 

Faites confiance non seulement à qui vous êtes maintenant, mais à qui vous êtes dans l’instant suivant. Vous ne vous perdez pas lorsque vous changez et vous ne vous perdez pas dans le changement. Vous serez toujours vous.

 

5. PARTAGEZ L’AUTORITÉ

 

L’Entêtement incite souvent à interpréter toute source d’autorité ou de contribution ou d’encouragement dans votre vie comme une manœuvre invasive pour défier votre niveau de confort et votre tranquillité d’esprit, ou même comme un défi à votre propre autorité sur votre vie. Cela peut parfois être le cas, mais le plus souvent, ce ne l’est pas. Ainsi, lorsque vous vous sentez provoqué par ce que vous voyez comme quelqu’un qui essaie d’être plus intelligent, essaie de vous dire quoi faire, essaie de dire que vous avez tort, essaie de vous pousser, rappelez-vous que vous n’avez pas à combattre constamment cette source d’autorité, vous pouvez vous rappeler de partager cette autorité.

 

En d’autres termes, peu importe à quel point une autre personne peut être plus intelligente, juste, avancée, expérimentée, etc., vous êtes sur un pied d’égalité en termes d’autorité sur votre vie. Ces personnes sont des autorités dans leur propre vie et elles peuvent être meilleures dans certaines choses que vous, et vous pouvez être meilleur dans d’autres. Écoutez, apprenez et partagez. Parfois, c’est une expérience à sens unique et alors vous devez l’accepter comme un cadeau, pas comme une imposition.

 

6. MOUREZ TOUS LES JOURS

 

Pratiquez d’expérimenter chaque jour comme une nouveauté, plutôt que comme une continuation de la veille. Ne plongez pas seulement dans le nouveau jour, mais mourez dans le nouveau jour. Peu importe à quel point les jours peuvent être similaires, éveillez-vous à une nouvelle chose, même si c’est une petite chose. Éveillez-vous à un moment de température parfaite et de brise nostalgique. Éveillez-vous à un bon souvenir au milieu de la journée. Éveillez-vous à un geste gentil ou un moment amusant.

 

Vous vivez de nombreuses vies et l’Entêtement vous convaincra qu’elles se ressemblent toutes, rien ne change vraiment, et vous endormira à votre évolution. Mais chaque vie est nouvelle. Chaque vie est différente. Et chaque jour est nouveau.

 

7. AYEZ TORT

 

L’un des états les plus enracinés dans lesquels l’Entêtement peut entrer est l’insistance persistante sur le fait que l’on doit avoir raison, qu’on ne doit pas échouer, qu’on ne doit pas être contesté, et cela signifie que l’on NE DOIT PAS CHANGER. Cela nous ramène au premier point de changer un petit peu plus, mais parfois, ce changement doit être dans la volonté de se tromper, d’embrasser les erreurs, de relever un défi. Vous n’avez même pas besoin d’avoir tort pour avoir tort. 

Ce que nous entendons par là, c’est que vous avez peut-être raison à plusieurs niveaux, mais si quelqu’un d’autre décide que vous avez tort, parfois c’est correct.

 

Remarque : Deux séances différentes ont inclus la question sur les 7 angles de comportement pour faire face à l’Entêtement. La version alternative qui suit est la traduction de l’« Événement de gratitude pour les membres : juillet 2016.

 

Tyrone: Puis-je avoir les 7 angles de comportement pour transformer le Trait Directeur de l’Entêtement comme nous les avons obtenus pour ceux sur l’axe d’Action et d’Inspiration ? 

 

EM :

 

1.   DES PETITS PAS.

 

Pour ceux en Entêtement, il y a la peur du changement, venant d’eux-mêmes ou reflété autour d’eux chez les autres. Le changement se produira quoi qu’il arrive, mais si vous souhaitez apporter un changement et le craignez, vous pouvez commencer par de “petits pas”. Vous n’avez pas besoin de tout bouleverser ou de faire un virage brusque. Si vous contrôlez le changement ou si vous invitez ce changement chez d’autres personnes qui y résistent, allez-y aussi lentement que nécessaire.

 

2.   AYEZ UN PLAN

 

L’Entêtement est terrifié par le changement, et bien qu’un plan puisse toujours dérailler, il peut être utile d’avoir créé une forme de structure qui vous permet de naviguer avec des panneaux de signalisation et des indicateurs qui agissent comme des points de sécurité pour reprendre votre souffle. 

 

3.   LE CHANGEMENT EST POUVOIR

 

Le changement ne semble pas toujours être une “bonne chose” quand il survient, mais si vous résistez au changement, vous pouvez commencer à reculer devant la vie et prendre des positions défensives. Ce qui est utile, c’est de surfer sur le changement comme s’il s’agissait d’une vague, de l’exploiter comme s’il était en votre faveur, même si vous n’en êtes pas certain. Trouvez une “bonne” chose dans le mélange d’énergies en mouvement et concentrez-vous sur elle. Par exemple, si vous perdez ou avez perdu votre emploi, exploitez cette énergie et trouvez ou créez-en un autre. Nous ne voulons pas dire que c’est facile, mais c’est votre meilleure option de navigation. 

 

4.   REGARDEZ EN ARRIÈRE COMME UNE FAÇON DE REGARDER EN AVANT

 

Si vous regardez votre passé, vous trouverez une multitude d’exemples où le changement est venu et est passé, et où vous avez survécu. Vous n’avez peut-être pas toujours de certitude ou de confort, mais vous avez toujours VOUS. Et accorder du crédit à votre passé pour avoir survécu ou prospéré au changement peut vous aider à vous dynamiser pour la prochaine vague de changement. 

 

5.   DITES AUX GENS QUE VOUS AVEZ PEUR

 

Faites savoir aux autres que vous avez peur. Lorsque survient un changement terrifiant, inattendu ou chaotique, vous n’êtes pas tenu de le supporter seul. C’est correct d’avoir peur. C’est correct de l’exprimer et de le partager. Vous ne trouverez peut-être pas l’aide parfaite pour votre situation, mais vous aurez laissé votre panique monter et sortir de vous de sorte que vous n’en porterez plus autant. Et cela aide. 

 

6.   PARTAGEZ VOS RÊVES ET VOS DÉSIRS

 

Vous pouvez devancer le changement en regardant vers l’avenir et en laissant de la place à vos “espoirs”, vos rêves et vos désirs pour qu’ils soient insufflés dans les vagues de changement qui continueront à venir. Partagez-les avec les autres. Vous ne pourrez peut-être pas vous ancrer et arrêter le changement, mais vous pouvez planter des graines de rêves afin que le changement puisse apporter les outils, les probabilités et les occasions qui aident le changement à être vécu comme une “bonne chose”. 

 

7.   VOUS MOURREZ

 

Le noyau profond de la peur du changement est la peur de la mort, la plus grande inconnue, le plus grand changement, de sorte que chaque changement est ressenti comme une “mort”. Vous allez mourir. Encore et encore. Non seulement dans la vie, mais à travers les vies. Cela va arriver. C’est arrivé. Vous avez survécu à tout cela. Vous allez changer. Tout va changer. Le changement n’est pas plus la fin que ne l’est la mort. 

 

 

Edited by Johanne
format
  • THANK YOU! 2
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...